Urétro-cystographie rétrograde et mictionnelle ?

 

 L’urétro-cystographie rétrograde et mictionnelle ou UCRM pratiquée chez l’homme étudie la vessie (ses parois, son contenu, sa position) et l’urètre, canal intra-pénien qui permet l’élimination de l’urine à partir de la vessie.

Cet examen est demandé pour des bilans de douleurs, d’infections urinaires ou de difficultés à uriner.

Il permettra de mettre en évidence un éventuel reflux (urine qui remonte en direction des reins), des diverticules dans la vessie, ou un rétrécissement du canal urétral.

Cet examen utilise les rayons x et un produit de contraste iodé introduit dans la vessie grâce à une sonde urinaire à ballonnet (qui permettra l’opacification de l’urètre dans un premier temps et le remplissage de la vessie dans un deuxième temps).

Préparation à l'examen :

 

*   Le jour de l’examen, apportez :

 

Ø L’ordonnance du prescripteur

Ø Votre carte d’assuré social

Ø Vos anciennes radiographies (échographie, cystographie…).

Ø Le produit de contraste, la sonde urinaire et un anesthésique local s’ils vous ont été prescrits.

Ø Les résultats de l’analyse d’urines si elle vous a été prescrite

*   Aucune préparation particulière n'est nécessaire à la réalisation de cet examen. Dans le cas d’un terrain allergique, une prémédication la veille et le jour de l’examen pourra vous être prescrite.

*   Pas besoin d’être à jeun et vous pouvez prendre votre traitement habituel.

 

Contre indications :

 

*    Infection urinaire en cours.

 

Déroulement de l'examen :

 

*   Vous serez pris en charge par une manipulatrice 

*   Vous serez invité à passer aux toilettes avant le déroulement de l’examen

*   Vous serez allongé sur la table, sur le dos. Dans un premier temps, le médecin radiologue introduira du gel anesthésiant dans l’urètre. Puis il placera la sonde urinaire au tiers inférieur de l’urètre, sans obligatoirement gonfler le ballonnet. Le produit de contraste sera introduit soit par perfusion, soit à la seringue, lentement, de façon à passer le sphincter strié. Des clichés seront réalisés sur l’urètre opacifié.

*   Dans un deuxième temps, la sonde sera poussée jusque dans la vessie. Le médecin gonflera alors le ballonnet afin que la sonde ne ressorte pas. Tout au long du remplissage, des clichés sont réalisés dans différentes positions afin de visualiser les contours de l’organe. Puis on fera des clichés avant, pendant et après avoir uriné.

*   L’examen dure généralement entre 45 minutes et 1 heure.

*   Le radiologue vous donnera un premier commentaire à la fin de l’examen.

 

Quels sont les risques et les effets secondaires :

 

*   Les rayons x délivrés sont sans danger du fait des très faibles doses utilisées.

*   La mise en place de la sonde urinaire est parfois douloureuse, et surtout désagréable

*   Une fois la sonde dans la vessie, l’injection du produit de contraste est totalement indolore ; vous ressentirez le besoin d’uriner lorsque la vessie sera pleine

*   Le risque infectieux est exceptionnel et sera prévenu par une désinfection soigneuse et par l’utilisation d’un matériel à usage unique. Merci de nous signaler ou à votre médecin traitant toute hyperthermie inexpliquée survenant après l’examen.

*   La sonde urinaire peut irriter la muqueuse vésicale se traduisant par la présence de sang dans les urines. C’est une complication rare et sans gravité

 

Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la liberté de l'accepter ou de le refuser.
Une information vous est fournie sur le déroulement de l'examen et de ses suites.
Le personnel médical et paramédical du centre de Radiologie et d’Imagerie Médicale de la Tour du Pin est à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

 

 

 

Cystographie chez l’homme
© 2013